RSS

Category Archives: Wild Life & Nature

LE RAT DE LUNE

Le Rat de Lune de mon jardin http://sites4school.com/giant%20rats.html

Le Rat de Lune de mon jardin http://sites4school.com/giant%20rats.html

Le  Rat  de lune que j'ai vu sur notre petite route

Le Rat de lune que j’ai vu sur notre petite route

CLICK HERE FOR ENGLISH TEXT

Rien de tel qu’un grand “plouf” dans le bassin aux carpes de Chine pour nous sortir illico presto de nos fauteuils de notre  terrasse et faire courir Swee Ann à travers la maison pour prendre la grosse lampe torche.

Il faisait déjà nuit et bien sombre, à cause des gros nuages de la saison du Landas, la saison des pluies.

Nos trois chiens étaient dans tous leurs états d’alerte ; le terrier maltais trépignant sur ses quatre pattes, tandis que Sherlock, le berger belge se penchait dangereusement par-dessus le bord du bassin dans un effort d’attraper la proie mystérieuse à son passage.

De retour avec la lampe torche, Swee Ann a réussit à capturer l’intrus dans un halo lumineux. C’était un Rat de Lune, bien plus large qu’un rat local ordinaire, couvert d’un duvet blanc, la tête de couleur orangée.

Il y a encore peu de temps, le seul Rat de Lune que j’aie jamais vu était au Sarawak Museum et il devait être aussi vieux que le musée (1891) qui l’abrite encore. J’espère que vous avez deviné que l’animal était empaillé !

Il y a quelques mois de ça, j’ai failli écraser l’un de ces rats sur notre petite route et, incroyablement, hier soir, un autre spécimen, mais noir et blanc cette fois a traversé devant ma voiture !

Je n’ai pas trouvé de traduction pour Moon Rat, je l’ai donc baptisé Rat de Lune, un joli nom pour un rat qui n’en n’est pas vraiment un. Son nom scientifique est Echinosorex Gymnura; il appartient  à la famille des erinaceidae. Les rats blancs, je pense, ne se trouvent qu’ici, à Bornéo ; les spécimens noirs et blancs se trouvent aussi dans la jungle de la péninsule malaise.

About these ads
 
1 Comment

Posted by on February 4, 2013 in Animaux de Borneo, Chez Moi a Borneo

 

Tags:

MOON RAT

The Moon Rat I saw on the road

The Moon Rat I saw on the road

The moon rat I saw looked like this one which I found at http://sites4school.com/giant%20rats.html

The moon rat I saw looked like this one which I found at http://sites4school.com/giant%20rats.html

CLIQUEZ ICI POUR LA VERSION FRANCAISE

 

The unmistakable sound of a heavy splash into our gold fish pond rose Hubby and I from our comfortable terrace seats.

It was already night and quite dark too, thanks to the thick clouds of the landas season.

Our three dogs went berserk;  the smaller one, a Maltese , literally stamping on four paws, Sherlok, the Belgian Shepherd half bent over the edge of the pond in a bit to catch the mysterious prey.

Hubby rushed into the house  to get the heavy Dolphin torch light and came back in a flash to catch a fast swimming creature inside a luminous spot. It was a Moon Rat, much larger than an ordinary rat, white fur and orangy face.

Until not so long ago, I had seen only one Moon Rat, at the Sarawak Museum, and it was probably as long as the museum itself which opened in 1891. I hope you guessed that it was embalmed.

Then and a few months back, I almost drove over one specimen; and guess what?  Again last night I saw another and this time it was a black and white one!

The Moon Rat, or Echinosorex Gymnura belongs to the Erinaceidae family. The white one, I think is only found here, in Borneo while the black and white one is also found on the Malay Peninsula.

 
1 Comment

Posted by on February 4, 2013 in At Home in Borneo, Wild Life & Nature

 

Tags: , , , , ,

JUNGLE DE NUIT

Insecte baton

CLICK HERE FOR ENGLISH TEXT

Seriez-vous capable de repérer un serpent vert, long et fin parmi un feuillage tropical et de nuit ? J’ai bien vu des grenouilles qui sautaient en précédant mes pas, des insectes bâtons accrochés à des branchettes au niveau du regard, une menthe religieuse en pleine prière (la tête en bas !) et d’autres insectes merveilleux et puis des champignons et même un très joli escargot ; mais le serpent vert sur la branche élevée d’un arbre, ca, je ne l’ai pas vu. Hans junior, lui par contre l’a vu, puis il a immédiatement appelé son père , Hans Senior, qui s’est précipité, arme d’une longue pince servant a cueillir les serpents. Lorsque papa Hans a sorti un sac en toile blanche, je n’ai pas pu m’empêcher de lui poser la question si la pauvre bête allait manquer à sa famille. Il m’a assurée que les serpents sont de grands solitaires. J’ai insisté : « N’a-t-il pas une maman ? » Papa Hans est resté sourd et le serpent s’est retrouvé au fond du sac. « Super! Ça fera un beau spécimen pour mes présentations aux élèves des écoles. » L’affaire était dans le sac, il a tiré le cordon. «C’est un garçon! » Hans Junior n’était pas peu fier de sa découverte. Comment savait-il qu’il s’agissait d’un garçon? Je sais que ça vous intéresse. C’est à cause de sa queue! En effet, les males ont la queue plus longue. Pas plus compliqué que ça. Nous étions six adultes et 3 autres jeunes garçons à suivre les Hans ; nous étions tous épatés. Quel drôle de monde que le notre : lorsque tombe la nuit, tout ce qui nous est familier à la lumière du jour, devient soudain étrange au regard et à l’ouïe. Des créatures que nous ne voyons jamais grouillent dans l’herbe et les arbres, comme si le but de leur existence était d’assurer que la planète ne dorme jamais. Oui, vraiment, quel monde étonnant et merveilleux, pourvu qu’on y prête attention.

Un grand merci aux Hans pour une soirée inoubliable.

Hans Breuer vit à Kuching , il a un blog spécialisé sur les serpents.

Les Photos

Restez alertes!

Insecte baton, maitre du camoufflage. Pas facile a voir!

L’insecte bâton lui est décidément monté à la tête !

Dans une maison abandonnée, il peut y avoir des squatters intéressants.

Les bambous de nuit – une atmosphère différente.

Un champignon dans la jungle!

Sous le pont en bois, l’eau est tres claire pour y voir les poissons.

 

Papa Hans nous cueille un serpent.

 

Hans Junior identifie le sexe du serpent. «C’est un garçon! »

 

Pour Hans & Hans, l’affaire est dans le sac.

 

Prière à l’envers ?

 

 

 

Nepenthes, plante carnivore qui de nourrit des insectes qui tombent dans sa coupe.

 

 

Quel joli escargot!

 

 

Quels souvenirs de vacances extraordinaires!

 

 

Decouvrir la nature la nuit: une idée sensationnelle!

 

 

 

Tags: , , , ,

NIGHT JUNGLE WALK

Holding a stick insect

 

CLIQUEZ POUR LA VERSION FRANCAISE

 

Do you reckon you could spot a thin green snake in the thick of the night, amongst the leaves of a tropical bush?

I saw frogs hop ahead of my steps, stick-insects hanging on to twigs at eye level, a praying menthes and a few other beautiful insects and vegetal, and even a beautiful snail; but the thin green snake on a high branch, I didn’t see.

Hans Junior saw it though and as soon as he did, he called his dad whose name is also Hans, who quickly came forward with a special clip to harvest the delicate reptile. “It’s a vine snake!”

When Daddy Hans pulled out a white cloth sling bag, I expressed my concern about the poor creature being missed by its family; but Hans assured me that snakes are absolute loners.

I insisted: “Doesn’t he have a mummy?”

It fell on Daddy Hans’ dead ears and the snake was promptly dropped into the bag. “Here we go, the perfect live exhibit for my school talks.” He pulled the string.

“It’s a boy!” Hans junior was proud to specify. How could young Hans know he was holding a boy? And I know you’d want to know, so here’s the answer: because of its tail! Males have a longer tail; it’s as simple as that. We, six adults and another 3 young boys were impressed. I also realised that I had been right to say “he”, this out of habit though, in French snake, serpent belongs to the masculine genre: le serpent.

What a strange world we live in: when night comes, everything that looked familiar in the light of the day suddenly appears and sounds totally foreign. Creatures we never see thrive in the grass and on the trees, keeping the planet alive. Yes, it is an amazing world, when we care to notice.

Thanks you Hans, big and small, for a splendid time.

Hans Breuer lives in Kuching and he keeps a blog on snakes.

Bon Voyage back to the Czech Republic, Eva, Martin, Tom & Matthew.

Jani, Phillip and Thomas, I’m so happy we’re friends.

 A great adventure in pictures

Be alert and keep your eyes open.

A stick insect

The stick insect is definately going up to Thomas’ head!

Checking out an abandonned house for interesting squatters.

At night, bamboo looks different.

A jungle mushroom!

Underneath the wooden bridge, the water is very clear and it is easy to watch the fishes.

Daddy Hans catching a vine snake

Hans Junior taking a close look at the vine snake: “Its a boy!!!”

Into the bag, for school talks.

Night prayer?

Praying Menthes

Passing the praying manthes

Nepenthes, commonly known as pitcher plants or Monkey Cups, are carnivorous plants. They eat insects that are trapped inside the cup.

Such amazing memories to take back home!

When you have the chance, take a walk on the wild side, at night. It’s magic!

XXX

 

Tags: , ,

COMMENT FABRIQUER UN BALAI

Macik

CLICK FOR ENGLISH TEXT

Palmiers Nipah dans le village de Pusa

J’ai rencontré Macik au village de Pusa, sur le Batang Saribas. Elle était fort occupée à faire un balai à partir de la tige d’une feuille de palmier nipa (palmier d’eau).

 

 

 

 

 

 

 

Les tiges de feuilles de palmier nipa mises à sécher au soleil.

 

Du balai ! Du balai ! La voisine de Macik chasse un calao qui exagère.

 

 

 

 

Tags: , , ,

LOOK WHO’S HANGING OUT AT MY HOUSE!

I was about to step into our TV room when I felt something was amiss. That’s when I saw it, hanging from the ceiling fan, busy rubbing it’s nose, a bat!  I guess Discovery Channel must have been pretty good last night.

Then it followed me to the kitchen and when I thought it had finally left to where ever bats hang out at around midday, it went back to the same fan and on the very same blade.

I don;t mean to be unkind, but I’d like to be able to use the fan!   

 

Tags: ,

UNE RIVIERE S’EVEILLE

CLICK HERE FOR ENGLISH TEXT

« Une promenade en pirogue, ça te dit ? »

Je suis en visite à Rumah Udam, une longhouse Iban près de la ville de Sibu et je n’en pouvais plus d’attendre que l’on m’invite enfin à faire un tour sur la rivière que nous sommes tous venus fêter. Les habitants des villages des bords du Sungai Menyan, encouragés et assistés par le Sarawak Rivers Board, ont mis tous leurs efforts en commun  pour le nettoyer.

Chargée de ma sacoche photo encombrante sur l’épaule gauche, je réussis tant bien que mal à embarquer sans perdre l’équilibre, sur une toute petite pirogue peinte jaune canari sur laquelle m’attendent deux jeunes hommes. Il n’y a pas de moteur et comme c’est la saison sèche, une perche suffit pour tourner l’embarcation vers l’amont et progresser avec aise contre le courant faible.

Il est évident que mes piroguiers n’ont pas l’habitude d’escorter une orang putih (personne blanche), et avec ça une femme !  Je me porte donc volontaire pour briser leur timidité silencieuse et engager la conversation jusqu’à ce que nous disparaissions sous les arbres gigantesques.

Bien vite, je repère un Martin Pêcheur sur une branche et un peu plus loin mes deux hommes s’agitent pour me montrer un bubuh (nasse) une méthode de pêche qu’ils avaient abandonnée comme ils avaient aussi abandonné leur rivière.

Tandis que nous progressons, j’ai l’impression d’avoir trouvé la Belle Au Bois Dormant ! L’atmosphère est intime qui inspire le respect, la révérence même et par endroits, les arbres impressionnants, la brise et les rayons de lumière semblent être de connivence pour nous jouer des tours de magie.

Bon Voyage!

 

 

Le Martin Pecheur

 

 

Le bubuh

 

 

Un pêcheur tranquille qui écope le fond de son préau.

 

 

Sungai Menyan, la riviere paisible.

 

 

Un coin secret?

 

 

par endroits, les arbres impressionnants, la brise et les rayons de lumière semblent être de connivence pour nous jouer des tours de magie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags: , , , ,

A RIVER AWAKENS

CLICKEZ POUR LA VERSION FRANCAISE

 

« Would you like to take a longboat trip on our river? »

I was visiting Rumah Udam, an Iban longhouse near Sibu and I had been secretly hoping that someone would offer to introduce me to the star of this big celebration day: Sungai Menyan, the river they had come to clean and save with the help and encouragement of the Sarawak Rivers Board.

With my bulky camera bag secured over my left shoulder, I found the right balance to join two of the village men on a bright yellow and shallow dugout. There was no engine; it was the dry season and the men only needed poles to turn the embarkation against the gentle current and ease upstream.

My boatmen obviously had no idea how to deal with an orang putih (white person) and a woman with that! I volunteered to brake their safe silence with small chat until we disappeared under a canopy of tall trees.  It didn’t take me long to spot a king fisher on a branch and further on, the men pointed at a giant bubuh trap, a type of fishing they had abandoned a number of years ago, just as they had abandoned the river.

As we progressed I felt as if I had just found the Sleeping Beauty awakening from a deep, long spell. There was a sense of intimacy which called for respect and even reverence; and in some parts of the river, the over whelming trees, the breeze and the light all played white magic upon us.

Bon Voyage!

It didn’t take me long to spot a king fisher.

The bubuh, a fish trap!

A fisherman scooping out excess water.

Sungai Menyan at peace.

Beautiful mysteries

in some parts of the river, the over whelming trees, the breeze and the light all played white magic upon us.

XXX

 

Tags: , , , ,

UN CALAO MAITRE DANS SA MAISON

Le weekend dernier nous a vu prendre la route pour un trajet de près de 500km jusqu’à la ville de Sibu. Le voyage lui-même s’est déroulé comme un long métrage de paysages, commenté de ça et la par Swee Ann et Danson, notre chauffeur tatoué. Les villes, les villages et la longhouse Iban que nous avons visités, tous nous ont accueillis avec leur propre charme ; pourtant les meilleurs souvenirs que nous avons ramenés de ce périple sont faits de rires mais aussi de quelques moments émouvants que nous avons eu le bonheur de partager avec nos hôtes accueillants et (je vais vous surprendre) un oiseau rare ! Je reste sous le charme.

Le but de notre voyage était de nous rendre à Rumah Udam, longhouse Iban près de Sibu, pour assister à une fête qui devait conclure l’effort d’équipe des longhouses riveraines de la Manyan de dégager leur rivière des débris accumulés durant quelques années d’abandon. Les Ibans de Sungai Manyang avaient en effet abandonné le transport en pirogue lorsque l’exploitation de palmiers à huile avait créé une route d’accès à la plantation. Sous l’égide du Sarawak Rivers Board les villages concernés ont retroussé leurs manches pour déblayer la rivière et remettre leurs pirogues et leurs nasses à l’eau.

Je commencerai donc par l’oiseau…

Je l’ai trouvé perché sur la selle du vélo moteur qui appartient à son père adoptif. Nous étions au village de Pusa sur le fleuve Rimbas et « l’ » est un calao ! Un villageois l’a trouvé dans la jungle, au pied d’un arbre ; il était tombé du nid. Rentré chez lui, il n’a pas pu s’occuper de l’oiseau et l’a confié à son ami ; c’était il y a trois mois. Depuis lors, le calao a tout a fait adopte sa nouvelle famille, y compris le chat ; il n’a aucun scrupule à être le seul oiseau toléré dans le verger.

Note: Au Sarawak, “Pusa”, le nom du village, signifie aussi “chat”.

x

 J’ai essayé de me présenter mais il n’a rien voulu savoir.

Une fois tout le monde rentré à l’intérieur de la maison, je me doutais bien qu’il allait vouloir suivre…

Du balai! Du balai!

Mackcik* n’était pas très contente de voir ce bel oiseau s’introduire chez elle ; « du balai ! » dit elle avant de repousser l’intrus à l’aide du balai qu’elle venait de confectionner à partir de lamelles de feuilles de palmier Nipah. Monsieur Burung* a trouvé ça très amusant et s’est mis à tirer à l’aide de son bec.

*Mackcik : Tantine

*Burung : Oiseau – Burung Kenyalang est le calao

Un peu plus tard, M.Burung Kenyalang nous a retrouvés coté cuisine, sur la terrasse où il s’est offert une noix bien dure cueillie d’un arbre voisin qu’il a brisée de son bec tranchant et puissant.                        Comme nous avions fini de déjeuner, je me suis levée pour aller lui offrir un morceau de pastèque avec l’intention de l’amadouer enfin. Mon geste a eu pour effet de sceller notre amitié. Lorsque je suis retournée m’assoir sur ma chaise, il est venu tout droit vers mon pied, en sautillant ; puis il s’est mis à jouer avec mes orteils en les prenant un à un dans son bec ! Oui, le bec même qui venait de briser une noix bien dure. Je suis heureuse de commenter que j’ai encore tous mes orteils et entiers ! Monsieur Calao s’est révélé être très délicat même lorsqu’il s’est tout de même un peu trop excité après mon pied jusqu’à agiter ses ailes s’est retrouvé tout ébouriffé. Je me suis enfin permis de lui tendre la main qu’il a aussitôt acceptée comme perchoir depuis lequel il m’a bien observée de près.

Le Sarawak est la terre des calaos et j’ai eu plusieurs fois la joie d’en voir, libres, lors de mes voyages dans l’intérieur du pays. Le calao rhinocéros est l’emblème de l’état du Sarawak.

Dans le folklore Iban, le calao est le messager des dieux.

 

Lisez mon histoire en format ebook

 
Leave a comment

Posted by on June 29, 2012 in Animaux de Borneo

 

Tags: , , , ,

THE HORNBILL IN THE HOUSE

CLICKEZ POUR LA VERSION FRANCAISE

Last weekend saw Hubby and I take a rather long drive of almost 500km to the town of Sibu. The road itself was a reel of sceneries. The towns, villages and the Iban longhouse we visited all had their own personal charm; however, what remains in my memory are the great fun I had and a few touching moments I spent with the people and too, with an amazing bird! I am still under the spell.

The main purpose of our journey was to reach Rumah Udam, an Iban longhouse close to Sibu and celebrate a community clean up of the Menyan river by all the longhouses along the banks. The river had been abandoned as a mean of transportation in favour of a palm-oil plantation road; it had become cluttered with debris and trunks. The folks of Sungai Menyan, encouraged by the Sarawak Rivers Board have agreed to clean up their river and repopulate the waters with indigenous fishes.

Let me start with the bird…

I found him settled on his adopted father’s motorcycle when we arrived. We were in Kampung Pusa on the river Rimbas. “Him” is a Sarawak hornbill someone found in the jungle, at the foot of a tree, obviously fallen from the nest. The man brought the young bird back to his village and gave it away to his friend. The hornbill has been staying with the family for 3 months now; he has totally adopted them, including the cat and feels perfectly happy to be the only bird allowed in the orchard.

Note: Incidentally, Pusa, the name of the village also means “cat” in Sarawak.

I found him on the motorcycle.

Keep your distance woman!

I attempted to befriend him but he wouldn’t have anything to do with me.

Hop in

SInce eveybody had gone inside the house, I suspected that the hornbill would want to follow and of course he did.

Mackcik* wouldn’t have any of this bird nonsense and she brushed him out of her house with a broom she had just finished making out of strips of Nipah palm leaves, Mr. Burung* obviously thought this was all a game and grabbed the twigs in his bill.

*Mackcik: Auntie

*Burung: Bird the hornbill is Burung Kenyalang.

Friends at last

Later on Mr.Burung Kenyalang found his way around the house and onto the kitchen terrace where he indulged in cracking a small yet solid nut he had picked from a near-by tree. As we had finished eating lunch, I thought of trying another approach to gain his trust; I presented him with a piece of water-melon. This sealed our friendhip.

When I returned to my chair, he hopped in, came straight for my foot and started nibbling at my toes; yes with the same bill that had just cracked a hard nut. I am pleased to report that I still have my toes, all of them, and that Mr.Hornbill was extremely gentle, although he did get rather excited with my foot, flipped his wings and fluffed his feathers quite a bit. Finally I thought it was a good time to invite him to climb on my hand where he perched himself and took a good look at me.

The Hornbill, or Burung Kenyalang, is the Emblem of Sarawak

Sarawak is the land of many hornbills and I have had the great joy to see quite a few on my trips to the interior. The rhinoceros hornbill is the emblem of the state. In Iban folklore, Burung Kenayalang, the hornbill is the messenger of the gods. If you would like to find out more about Iban beliefs and culture, check out GN Mawar’s blog, IBAN CULTURAL HERITAGE; worth the visit.

 
Leave a comment

Posted by on June 29, 2012 in Wild Life & Nature

 

Tags: , , , ,

 
Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 214 other followers